Les 18 moments de l’Apocalypse – 2

Les 18 moments de l’Apocalypse – 2

Voici le récit du combat qui mit fin à l’existence conditionnée des deux tiers des Êtres humains sur Terre – un combat qui changea à tout jamais l’Humanité.

Deuxième moment : L’Être, l’âme et le Karma.

Jahel : Ô la Vie, je suis attaqué par des êtres humains avides d’avantages illicites, des dictateurs malveillants, des profiteurs affables – enseigne-moi, Toi qui possèdes la Connaissance Suprême et la Bienveillance Parfaite, ce qu’il m’est possible d’apprendre de la situation que tu me fais vivre.

La Vie : Ô, élève dévoué, rappelle-toi un temps quand parce que tu étais identifié à ton organisme, tu soutenais ou avais un comportement similaire à celui de tes attaquants.

Jahel : Ô la Vie, je ne suis pas parfait comme Toi, car je suis dans un corps physique, mais des comportements comme ceux de ceux qui m’attaquent, jamais je n’ai eu – j’ai toujours défendu les injustices, essayé d’être vrai et considéré les droits de ceux qui n’étaient pas d’accord avec moi.

La Vie : Ô, élève dévoué, as-tu oublié que de 7 à 28 ans, parce que tu n’étais pas encore éveillé à ta nature spirituelle, tu as vécu de façon irresponsable, inconscient des conséquences néfastes de tes actes, paroles et pensées, pour toi, ton environnement et l’humanité immédiate et future – souviens-toi qu’au moindre trouble, tu étais très réactif, incapable de Bienveillance, complètement identifié à ton organisme.

Jahel : Oui, ô la Vie, pardonne-moi, je n’avais pas encore entrepris mes recherches pour te connaître.

La Vie : Et oui Jahel, avant ton premier aperçu d’éveil, de 22 à 28 ans tu t’étais laissé pervertir – tu as fait des fausses factures, des fausses déclarations, des petites magouilles financières en plus de ton activité régulière ; tu étais parfois malhonnête envers tes employeurs, tes clients et donc la société ; tu as arrêté parce que tu as pris conscience que tu n’avais plus de limite à mentir pour réussir.

Jahel : Ô la Vie, j’avais sorti de ma mémoire cette période de mon existence, pardonne-moi – oui, j’étais devenu malhonnête sans m’en rendre compte ; j’étais même devenu un très bon négociateur qui commençait à être reconnu pour cela – j’avais la possibilité de devenir le directeur d’une agence commerciale d’avenir sur Bordeaux, je me considérais honnête mais je sentais bien que quelque chose clochait et soudain j’ai vu qu’il y avait en moi une personnalité carrément diabolique, une personnalité vraiment très intelligente qui savait à merveille tirer avantage de toutes les faiblesses des autres et du système commercial.

La Vie : Cette période de ton existence « loin de Moi » t’a permis de savoir par expérience direct, à 33 ans, que seul celui qui choisi comme but premier d’Être Vrai, Juste et Amour, peut rester fermement sur un chemin de Bienveillance qui stop la dégénérescence des Êtres humains, la destruction de l’Humanité.

Jahel : Cela n’a pas toujours été facile, mais depuis 30 ans, j’essaye vraiment d’être Amour, Vrai et Juste à chaque instant de mon existence, et c’est pour cela que je ne comprends pas pourquoi je suis attaqué ainsi.

La Vie : Ô, élève dévoué mais oublieux de ses attachements humains – en 2013, n’as-tu pas pris, comme tes agresseurs, le parti d’Irina alors qu’elle avait un comportement complètement irresponsable ; n’as-tu pas été avec elle, sur sa demande, chercher des affaires qu’elle avait laissé chez un professeur de français qu’elle accusait de vouloir l’agresser sexuellement – tu étais resté devant la porte mais tu étais prêt à intervenir au moindre signe de troubles ; et tu aurais pu être violent en te justifiant que cet homme de plus de 50 ans avait des intentions pervers sur une jeune étrangère de 24 ans qui lui avait donné naïvement sa confiance – pourtant tu n’ignorais pas qu’Irina abusait de cet homme depuis des mois, en étant presque chaque jour chez lui, en se faisant payer des sorties et de la nourriture coûteuse – tu aurais dû te douter, même si tu ne savais pas encore à quel point la relation qu’Irina entretenait avec cet homme n’était pas la pure relation d’amitié qu’elle voulait faire croire à tous, y compris à ses parents et son petit copain biélorusse – pour satisfaire ses obsessions d’économies et de profits, Irina avait conduit cet homme chaque jour plus loin vers la folie en le laissant lui faire des caresses intimes, en prenant des douches chez lui et en dormant dans son lit alors qu’elle avait son appartement à moins de 100 mètres.

Jahel : Ô la Vie, Toi qui maintiens tous les Êtres, qui sais tout et qui peux tout, Oui je voulais comme mes agresseurs protéger Irina, mais quand j’ai appris toute la réalité, j’ai dit à Irina que ce professeur n’était pas plus pervers qu’un autre et qu’elle était en partie responsable de la situation en ayant voulu profiter du manque de relation intime de cet homme – mais à présent je considère qu’Irina n’était pas responsable car c’est la société qui avait fait d’elle ce qu’elle était, et auprès de moi, elle a presque immédiatement changé de comportement et elle voulait être une femme honnête, Bienveillante – c’est par ma faute si elle a rechuté, je n’ai pas été capable de rester Bienveillant, et donc de lui permettre de se libérer de tous les conditionnements qu’ils lui restaient à Actualiser – ô Toi qui es la Bienveillance Parfaite, comprends que même si Irina m’accuse de violences psychologiques et de harcèlements alors que j’ai toujours voulu son bien, même en demandant le divorce, je ne peux pas me résoudre à combattre contre elle, même en échange d’honneurs spirituels, même en échange de tous les trésors du monde terrestre – si je provoque des sanctions à l’encontre d’Irina et de ses protecteurs, ne ferais-je pas le pire des crimes, ne serais-je pas indigne de ton Enseignement ? – ô Toi, la Vie, la Déesse de la fortune, n’est-il pas vrai que le bonheur me sera impossible si je cause des torts à celle qui m’a fait confiance en se mariant avec moi, ainsi qu’à ceux qui ont eu le tort de réagir comme j’aurais pu le faire ? – ô Amour sans limite, ces hommes et ces femmes sont si aveuglés par la convoitise qu’ils ne voient aucun mal à se quereller et détruire leurs semblables, pourquoi moi, qui vois que tout cela est nuisible, devrais-je agir de même ? – ô source de Vie, tu m’as montré que quand les parents et éducateurs ne sont pas Bienveillants, les traditions éternelles d’hospitalités sont oubliées et cela corrompt les générations futures et la vie pour tous devient un enfer – ceux qui, par leurs actes irresponsables ne respectent pas leurs liens matrimoniaux provoquent la fin de la prospérité et de l’harmonie au sein des familles et des nations – ne m’as-tu pas enseigné, que celui qui détruit l’harmonie des familles se retrouve en enfer – ma soif des honneurs m’a fait croire que je pourrais être heureux sans Irina, mais à présent, je dis que mieux vaut mourir de sa main ou être chassé par ses protecteurs, sans arme et sans faire de résistance, que de prendre le risque de la blesser.

Le Devin : Ô Lucifer, mon Maître, harcelé par tes serviteurs, Jahel a réagi comme nous l’avions prévu en voyant Irina – son arrogance a disparu, il semble triste, accablé, découragé, ses yeux sont rouges et pleins de larmes – la Vie a écouté Jahel attentivement et à présent, souriante, elle lui dit :

La Vie : Ô vaillant Jahel, tu t’éloignes de mon Enseignement et tu laisses l’obscurité prendre possession de toi – ton découragement et ta tristesse sont tout à fait indignes d’un Être instruit aux valeurs de la Vie – ne laisse pas l’ennemi te terrasser sans combattre dans le déshonneur et la faiblesse, ressaisi-toi !

Jahel : Ô Vie toute puissante, comment pourrais-je combattre Irina et des membres de l’humanité qui m’ont permis d’avancer vers l’éveil ? Plutôt mendier que jouir des plaisirs de ce monde s’il faut anéantir des âmes qui même cupides sont des âmes-sœurs ; leurs déchéances entacheraient ma victoire – mon incapacité à rester Bienveillant a fait que j’ai perdu Irina ; et perdu, Irina a monté mes attaquants contre moi, et je ne sais s’il est plus juste de les vaincre ou d’être par eux vaincu – Toi seul peux chasser la douleur qui m’accable, l’idée d’avoir fait qu’Irina soit à jamais perdu m’ôte le goût de vivre – à présent, sans Irina, il me semble que jamais je ne pourrais être heureux, même si tu me donnais un royaume sur terre ou dans les cieux.

Le Devin : Ô cher Lucifer, Jahel qui nous faisait si peur vient de dire à la Vie qu’il ne combattra pas, et à présent il est silencieux, triste à mourir.

La Vie : Ô Jahel, bien que tes arguments soient intelligents, tu t’égares et t’affliges sans raison – ni les vivants, ni les morts, l’éveillé ne les pleurs – jamais ne fut le temps où la Vie cesse d’Être, Toi, Irina et tous ses protecteurs, jamais aucun ne cessera d’Être – à l’instant de la mort, l’Être retourne à la source avec son corps de lumière, et plus tard il prendra un nouveau corps physique aussi naturellement qu’il a pris le précédent, pour tenter de passer de l’enfance à la jeunesse, puis à la vieillesse – ô Jahel fortuné, ce changement ne peut te troubler ou t’aveugler que si tu as perdu la conscience de ta nature Divine – les afflictions humaines sont dues à la rencontre des sens avec la matière, éphémères est la sensation de chaud et de froid, de plaisir de douleur – ô Jahel courageux, perçois le monde sans être affecté, demeure serein et résolu en toutes circonstances ; les lois universelles montrent l’éternité du réel et l’impermanence de l’illusoire – l’Être immortel et sans mesure pénètre le corps tout entier, nul ne peut le détruire ; seul le corps matériel qu’il emprunte est sujet à la destruction – ignorant, celui qui croit que l’Être peut tuer ou être tuer ; la Vérité c’est que l’Être ne tue ni ne meurt – l’Être ne connaissant pas la mort ne peut cesser de Vivre ; seul le corps meurt et sa matière est recyclée pour faire de nouveaux corps – fort de ce savoir, ô fortuné Jahel, œuvre pour la Justice !

Jahel : Ô sublime Enseignant, je t’en pris, aide-moi, j’ai perdu mon discernement et je ne vois plus où est mon devoir, indique-moi clairement la voie juste – aide-moi à être Bienveillant sans causer de torts à Irina ;

La Vie : Ô Jahel, comment, ô jeune apprenti, celui qui sait l’Être, immuable, éternel et indestructible, pourrait-il causer du tort ou subir un tort ? À l’instant de la mort, l’Être quitte son corps physique devenu inutile comme un vêtement usé pour retrouver son corps de lumière, il reste ainsi plus ou moins longtemps avant de revêtir un corps tout neuf – l’Être est indivisible et insoluble, immortel et éternel, omniprésents, inaltérable et fixe ; aucune arme ne peut l’atteindre, ni le feu le brûler, ni l’eau le mouiller, ni le vent le dessécher – sachant l’Être Un, indivisible et non-physique, tu ne devrais pas t’apitoyer sur le corps d’un Être-humain, même de celui d’une âme-sœur – ô Jahel amoureux de périssable, ne sois pas préoccupé par les troubles du corps d’Irina ; ton existence est intriquée à l’existence d’Irina par des événements de non-Vie, en faisant la Lumière sur les troubles que tu as en commun avec elle, tu ouvres pour elle comme pour toi une voie de retours à l’Unité, à l’Amour.

Le Devin : Ô cher Lucifer, la Vie confirme à Jahel qu’Irina est son âme-sœur – la Vie dit que s’il arrive à défaire l’intrication diabolique qui les unit, il n’est pas exclu qu’ils arrivent à se retrouver en Amour.

Lucifer : D’accord, tout devient clair, Jahel et Jacquy c’est la même personne, il a changé de nom pour que je ne fasse pas le rapprochement avec le phénomène étrange qui s’est produit à la fin du printemps 1988 – j’avais depuis peu pris le contrôle de l’organisme de ce Jacquy, j’étais sur le point de lui donner accès à une brillante carrière et je ne sais pas comment cela est arrivé mais soudain la porte d’entrée qui me permettait de le contrôler s’est fermée et j’ai été attiré vers Irina qui venait de naître, perdant tout contact avec lui.

La Vie : Ô Jahel, quand en 2012, tu t’es rendu capable d’Actualiser ta part de non-Vie d’avant juin 1988, Irina est venue à ta rencontre comme un cadeau pour t’aider à percevoir ce qu’il te fallait mettre en Lumière afin de te libérer de ton emprunte toxique, ton Karma en lien avec l’Humanité en perdition – ton comportement de non-Vie ayant contribué à maintenir l’humanité hors de son chemin d’éveil, tu t’étais uni à l’humanité en perdition telle qu’elle est en ce moment – ainsi, en Actualisant les réactions de survie de ton organisme dans le sens de la Vie, tu aides tous les membres de l’humanité qui sont intriqués avec toi à se libérer de leurs réactions de non-Vie – quand tu te libères des attachements de non-Vie avec Irina, tu l’aides à revenir à une existence harmonieuse – aussi longtemps qu’une âme humaine s’identifie au monde physique en situation de trouble, elle souffre ; celui qui meurt ainsi, est contraint de renaître pour souffrir – le devoir d’un éveillé et d’Actualiser dans son organisme tous les conditionnements de son organisme afin que ceux-ci ne soient pas un obstacle à l’expression de l’Être Bienveillant qu’il est de toute éternité – il ne sert à rien de chercher à changer les autres ; ton corps et celui d’Irina sont au service de la Vie non-manifestée ; vous êtes dans un état transitoire qui une fois dissout, se retrouvera uni avec la Vie non-manifestée – à quoi bon s’en attrister ?

Jahel : Ô Connaissance Suprême, je n’arrive pas à percevoir la Vérité quant à l’âme humaine, les textes disent des choses différentes sur ce sujet – est-ce que l’Être est l’âme, c’est la même chose ?

La Vie : Ô fortuné apprenti, l’Être est pure Lumière et n’a pas de forme, donc ne peut être vu sauf en Moi – l’âme peut être perçue et c’est une chose étonnante ; ceux qui en parlent sans l’avoir vu ne peuvent en concevoir la Vérité – l’âme humaine, ô jeune apprenti, c’est l’emprunte que l’Être fait sur la matière durant ses différentes incarnations ; l’âme porte ton karma et donc ne meurt pas avec le corps ; tu n’as donc à pleurer personne – connaissant cela, face à une injustice, tu ne peux hésiter, tu te dois d’agir selon les principes de l’Amour, de la Vérité et de la Justice – quand je t’offre l’occasion d’un Juste combat ; j’ouvre pour toi l’occasion de purifié ton âme pour être toujours plus proche de Moi – ne refuse pas de livrer ce juste combat, tu manquerais à ton devoir et subirais le déshonneur, tu serais jugé comme lâche et pour toi qui marche vers Moi, une telle disgrâce est pire que la mort – si tu mourais en combattant l’injustice tu atteindrais le monde de l’Être en vainqueur et ensuite tu pourrais renaître pour progresser dans ta conquête du royaume de la Terre – ce que tu aimes en Irina, c’est Moi ; tu étais avide de me voir en elle et hostile quand elle ne pouvait pas manifester ma Présence – libère-toi des affections humaines qui font souffrir, qui éloignent de la Bienveillance, qui ont détourné Irina de Moi – ô mon fils valeureux, active-toi avec ferveur, défends la Justice, la Vérité et l’Amour et tu terrasseras l’ennemi.

Jahel : Ô Toi, Bienveillance Parfaite, tu enseignes excellemment à combattre le mal en Soi mais dans ces attaques extérieures qui persistent, je n’arrive pas à savoir quoi faire, enseigne-moi encore, je t’en pris !

La Vie : Oui, ô élève dévoué, je t’ai enseigné les qualités de présence qui permettent d’avancer vers la bienveillance parfaite mais aussi la connaissance du yoga sacré, la connaissance de l’Union sacré avec le Divin qui permet d’agir sans être lié à ses actes – revoyons cette façon d’agir, ô fils courageux, qui permet de briser les chaînes du karma ; revoyons cette voie où aucun effort n’est vain, où le moindre don de Soi libère des plus redoutables craintes – sur cette voie, ô fils amoureux de l’humanité, tu n’as pas à t’occuper du sort de ceux qui t’attaquent car c’est Moi qui m’en occupe en fonction des besoins de chaque Être humain qui marche comme toi sur cette voie d’Amour, de Vérité et de Justice – tous tes attaquants ont le libre-arbitre et en demandant Justice, ô Jahel, tu leurs permets de percevoir un peu de ma lumière ; certains en retireront des avantages et d’autres se perdront sur des sentiers tortueux – pour certains cela sera l’occasion d’une grande révélation et pour d’autres cela n’ébranlera pas leurs certitudes – les plus perdus parmi ceux qui t’attaquent resteront attachés à des perversions, à des rites et des textes moralisateurs qui enseignent diverses pratiques pour atteindre l’opulence ; et s’ils continuent ainsi jusqu’à la mort, ils renaîtront pour revivre les mêmes avidités, les mêmes sensations de manque, et les mêmes hostilités quand ils n’arriveront pas à obtenir satisfaction, richesse, renommé, puissance et autres avantages illicites – l’ennemi extérieur que je te donne à connaître te permet de percevoir les conditionnements de ton organisme qui restent à Actualiser dans le sens de la Vie pour participer corps et âme à l’élaboration d’une Humanité Responsable dont les dirigeants seront Sincères, Honnêtes et Justes – applique-toi à Actualiser les réactions de ton organisme qui s’éloignent des valeurs de la Bienveillance et Je te libérerai des avidités humaines qui mènent aux fausses richesses et fausses gloires – il existe réellement un ennemi extérieur, une forme pensée diabolique, qui domine le monde matériel en prônant vertus, passions ou ignorance suivant ses besoins de profits, mais ne te trompe pas de combat, ô Jahel, si je te confronte à un Être humain possédé par cet ennemi extérieur c’est toujours pour que tu puisses te défère de failles de sécurité dans ton organisme qui permet « au mal » de te mettre sous son contrôle.

Jahel : Ô sublime Enseignant, je crois que j’ai compris – Merci pour cet excellent moment !

Avec Amour, Vérité et Justice

(Toutes ressemblances avec des événements ou personnes vivantes ou ayant vécues depuis 6000 ans est assumées)

le pdf de cet article -)

jahel.djmiroir@gmail.com

Auteur : Jahel

Philosophe de la Bienveillance Le Pouvoir de la Bienveillance Méthode : Être Bienveillant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *