Les 18 moments de l’Apocalypse – 12

Les 18 moments de l’Apocalypse – 12

La Bhagavad-Gîtâ Actualisée par Maitreya au printemps 2019

Douzième moment :

Être Bienveillant en acte.

Arjuna dit :

1. De ceux qui te connaissent, ô Être Suprême, de celui qui choisi d’agir à ton image de façon Bienveillante dans le monde, et de celui qui se consacre à l’Être impersonnel, au non manifesté : lequel est le plus parfait ?

Maitreya, l’Enseignant Universel dit :

2. C’est celui qui inspire son âme à favoriser l’expression de mes Qualités de Présence dans le monde, qui s’efforce de manifester l’Amour, la Vérité et la Justice, ô fils dévoué, que je tiens pour le plus parfait.

3. Quant à celui qui se consacre à me connaître en tant que l’Être Suprême non-identifié, non palpable et omniprésent, à la Vérité Absolue, à l’immortalité, à la Vie après la mort, celui-là, il arrive en second.

4. Se couper du monde pour maîtriser ses sens afin de se montrer égal envers tous et être pour le bien universel, bien que derrière celui qui est déjà Bienveillant en acte, celui-ci finira aussi par me connaître.

5. Cependant le progrès sera fort pénible pour celui qui lie son âme et son mental au non-manifesté, à mon aspect impersonnel et Absolu ; avancer par cette Voie, c’est la Voie difficile pour l’Être incarné.

6. Alors que celui qui choisi d’agir à mon image, qui me consacre tous ses actes, qui est attentif à mon Enseignement Permanent, qui a Confiance en ma Bienveillance, celui-là avance protégé et guidé.

7. Pour lui, je suis le Guide Enseignant qui mène à la libération complète du karma ; je suis celui qui aide à l’actualisation des données erronées du mental, qui libère l’âme des désirs menant à la mort.

8. Ô Arjuna, celui qui dirige les aspirations de son âme sur l’Amour, la Vérité et la Justice, qui oriente toute l’intelligence du mental vers la meilleure façon d’agir à mon image ; nul doute, que je suis avec lui.

9. Que celui qui n’arrive pas à diriger les aspirations de son âme, observe les principes attracteurs de la répétition du mot Amour, comme tu l’as pratiqué, ô fortuné Arjuna, et je lui ouvrirai la Voie vers Moi.

10. Si toutefois il ne peut se soumettre aux principes attracteurs de la répétition du mot Amour, alors qu’il essaie de me consacrer ses œuvres, car c’est en agissant pour Moi, que l’on atteint l’état parfait.

11. Et s’il ne peut même pas se souvenir de me consacrer ses œuvres, alors qu’il s’efforce de renoncer aux fruits de ses actes et je le guiderai pour que son âme prenne conscience de ses avidités maladives.

12. Et si à cette pratique non plus il ne peut, qu’il prenne la seconde Voie jusqu’à ce qu’il puisse être attentif à mon Enseignement et découvrir qu’agir libre des fruits apporte paix, pour l’âme et le mental.

13. Celui qui, envieux de rien, avec tous est attentif, qui ne se considère le possesseur de rien, qui est affranchi d’avidité et d’hostilité, qui reste Amour et Juste dans la joie comme dans la peine, m’est cher.

14. Celui qui, plein de pardon, est toujours satisfait de ce qu’il a, qui est déterminé à suivre mon Enseignement, qui actualise les données de son mental au moindre trouble, celui-là m’est très cher.

15. Celui qui s’efforce de s’affranchir des désirs de non-Vie de son âme et des suggestions du mental qui causent des troubles pour autrui, qui souhaite avant tout Être Bienveillant, celui-là m’est très cher.

16. Celui qui agit avec Responsabilité, qui sais qu’il est avant tout un Être de Qualité qui possède un organisme humain, qui agit libre des sollicitations du monde, est un fils dévoué qui m’est très cher.

17. Celui qui ne recherche pas plus l’agréable ou le favorable que le désagréable ou le défavorable, qui n’est ni hostile ni avide, satisfait de ce que je lui donne, celui-là est un fils dévoué qui m’est très cher.

18. Celui qui, envers l’ami ou l’ennemi, devant la gloire ou l’opprobre, la chaleur ou le froid, l’éloge ou le blâme, le bien ou le mal, se montre identiquement Présent, celui-là est un fils dévoué qui m’est cher.

19. Celui qui, s’efforce d’être libre de toute souillure, en paix, satisfait de tout, insouciant du gîte, qui écoute mon Enseignement avec Confiance et Joie, celui-là est un fils dévoué qui m’est très cher.

20. Celui qui s’engage tout entier dans l’inaltérable Voie de la Bienveillance en acte, qui a comme but premier de manifester mes Qualités de présence, celui-là est un fils dévoué qui m’est infiniment cher.

Ainsi fini ce douzième moment qui suit au plus près la Bhagavad-Gîtâ écrite il y a plus de 22 siècles – « Les 18 moments de l’Apocalypse » est le récit du combat qui mit fin à l’existence conditionnée des deux tiers des Êtres humains sur Terre – un combat qui changea à tout jamais l’Humanité.

Avec Amour, Vérité et Justice

cet article en pdf

jahel.djmiroir@gmail.com

Auteur : Jahel

Philosophe de la Bienveillance Le Pouvoir de la Bienveillance Méthode : Être Bienveillant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *