Les 18 moments de l’Apocalypse – 1

Les 18 moments de l’Apocalypse -1

Voici le récit du combat qui mit fin à l’existence conditionnée des deux tiers des Êtres humains sur Terre – un combat qui changea à tout jamais l’Humanité.

Premier moment : Le Trouble de Jahel/Arjuna.

Lucifer : Cher Devin, regarde dans ton Miroir Magique et dis-moi tout ce que tu y vois sur ce Jahel, cet arrogant qui me provoque sur mon terrain de jeu ?

Le Devin : O cher Maître sans pareil, je vois que cet arrogant est un fils de la Vie qui a été entraîné de très experte façon par ceux qui se sont ligués contre Vous et vos serviteurs – je vois que ce serviteur de la Vie est initié aux arts martiaux divins, aux yogas commun et sacré – je vois qu’il agit parfois de façon héroïque en manifestant une force redoutable, mais Brillant Stratège, je vois qu’il n’est pas stable et qu’il est seul face à vos chefs de guerre renommés pour avoir comme Vous jamais abandonné un combat – O Maître, que peut un seul homme contre les véritables armées que vous possédez !

Lucifer : Mon cher Devin, plusieurs fois déjà, des fils de la Vie ont réussi à convertir à leur cause des membres de mes armées ; il y a quelques années en très peu de temps, un autre fils de la Vie a réussi à convertir plusieurs millions de mes serviteurs à sa cause – grâce à mes informateurs j’ai pu reprendre le contrôle avant qu’ils ne prennent le pouvoir de la planète – comprends que dans cette nouvelle attaque d’un fils de la Vie, je souhaite l’anéantir avant qu’il ne fasse des adeptes – je dois savoir comment il a réussi à déjouer mes plants, montre-moi ce qu’il fait pour que je puisse au plus vite l’éliminer !

Le Devin : O Maître Formidable, je vois que la Vie a donné un nouveau Pouvoir à ce fils de la Vie – O mon Bienfaiteur, je vois que ce Jahel a acquis le Pouvoir de se souvenir de quelques unes de ses existences antérieures – je vois qu’il nous a déjà combattu sous des noms connus : Yaroslav, Étienne de la Boétie, René Descartes et Fiodor Dostoïevski – je vois qu’il s’appelait Michel Tesnière dans son existence précédente et qu’il était promu à un bel avenir, et je vois que vous aviez réussi à l’anéantir avant qu’il ait eu le temps de réaliser quoi que cela soit ; vous aviez réussi à déjouer son désir de bâtir un monde libre et bienveillant en utilisant le lien affectif qui le liait à une jeune femme qui était la réincarnation d’Anne Grigorievna (sa femme quand il était Fiodor Dostoïevski), vous aviez utilisé son extrême sensibilité contre lui en le faisant se sentir incompris, voir trahi par l’élue de son cœur et avant de comprendre que vous étiez aux commandes, il s’était suicidé.

Lucifer : Mon cher Devin, c’est donc lui, ce Jahel, cet arrogant que je chasse d’existence en existence sans pouvoir le soumettre – ce que tu me fais connaître là est très intéressant car je vois que nous avons dans nos rangs à la fois la réincarnation du père de Michel Tesnière et la réincarnation d’Anne Grigorievna qui s’appelait Marie dans sa précédente existence.

En 1945, à la fin de la guerre, Michel Tesnière a 9 ans, son père est un gradé de la gendarmerie de Ribérac, une petite ville du Sud-ouest de la France – la réincarnation d’Anne Grigorievna est une jeune fille Yougoslave de 18 ans qui s’appelle Marie – Marie arrive en gare de Ribérac à la recherche de sa tante qu’elle sait en France, le Père de Michel contrôle ses papiers puis lui offre son aide ; il lui propose de l’héberger chez lui dans l’ancien Moulin à Eau qu’il habite avec sa femme et leur fils – Marie devient la bonne du couple Tesnière et une grande sœur pour Michel – Michel tombe immédiatement amoureux fou de cette belle jeune fille slave (ni lui, ni elle ne se souviennent de leurs vies antérieures communes mais quand ils sont ensembles, ils se sentent comme comblé par la Vie, à la fois heureux et léger) – Quand Michel a 22 ans, il fait une demande en mariage à Marie ; Marie a reçu l’ordre du père de Michel de ne jamais laisser aucun espoir à son fils et elle essaye de décourager Michel en s’efforçant d’être persuasive, et allant à l’opposé de ce qu’elle ressent pour Michel elle prend une attitude mécontente et elle lui dit avec toute la conviction qu’elle a imaginé : Je t’aime comme un frère et il ne sera jamais question d’un autre Amour entre nous – Michel (Jahel actuellement) qui attendait depuis longtemps d’être en âge pour faire sa demande à celle qu’il croyait profondément Amoureuse de lui, voit d’un seul coup tout son monde s’écrouler, il veut s’éloigner très vite de cette situation insoutenable, il se jette dans le puits devant la maison et meurt.

Peu de temps après la mort de Michel, ses parents ayant perdu leur fils unique et ne pouvant plus avoir d’enfant, proposent à Marie de devenir une mère porteuse contre de l’argent ; Marie refuse mais sous la pression et la culpabilité finit par accepter. Durant la grossesse de Marie, des voisins apprennent qu’elle est enceinte, et le couple Tesnière changent le plant initial… à la mort de leur fils, l’année précédente, ils avaient fait croire à une mort par noyade dans la rivière… ils décident que Marie restera avec eux et qu’ils diront à l’enfant que son père était leurs fils… qu’il est décédé pendant la grossesse… ils pensent qu’avec le temps, les gents le croiront aussi, et si besoin quand l’enfant sera plus grand ils changeront de région pour que l’enfant ne sache rien… Marie accepte et reporte tout son amour sur sa fille (une fille qui trouvera normal d’être rousse comme son grand-père, mais dont tout le voisinage sait qu’il est en réalité son père génétique).

Une vingtaine d’année plus tard, à la mort du dernier des parents de Michel, la fille de Marie, seule héritière, apprend que sa mère lui a menti quant aux circonstances de sa naissance ; elle chasse sa mère, investi ses biens dans une escroquerie, perd tout et se retrouve pensionnaire permanente d’un hôpital psychiatrique.

Marie survit quelques temps dans la région parisienne avant de mourir – durant son court passage entre deux existences, Marie apprend que Michel était son âme-sœur et qu’elle avait été guidée vers lui pour réaliser de grandes choses pour l’Humanité – Marie veut retrouver la réincarnation de Michel, elle sait que s’il n’est pas à Saint-Pétersbourg, il y viendra sûrement à cause de l’amour qu’il a pour cette ville depuis son existence en tant que Fiodor Dostoïevski ; elle choisi de se réincarner à Saint-Pétersbourg en étant fille de militaire – Marie deviendra ainsi Irina et restera fille unique, elle sera choyé comme une reine, mais des réminiscences de son existence précédente la poussera à être souvent insatisfaite, envieuse et suicidaire.

Quand Irina a 25 ans, elle rencontre Jahel qui est philosophe de rue à Périgueux, la ville où sa fille l’avait rejeté dans sa précédente existence ; Jahel lui donne un de ses premiers essais philosophiques, ils sympathisent et soudain Irina prend conscience qu’avec lui elle se sent sereine, libérée de la sensation de manque… mais la bataille ne fait que commencer, sans le rayonnement de Jahel, Irina reste perdu dans une existence de drogues, de mensonges et de crises de boulimie… Irina prône une vie saine tout en étant accro des produits inutiles et pollués de la surconsommation… Irina charme les hommes en situation de faiblesse pour profiter d’eux tout en étant persuadé qu’elle va vivre un grand Amour slave.

Le Devin : O Maître des horloges, tu as bien eu raison de prendre des mesures pour rendre Irina difficilement compatible avec ce Jahel, s’ils avaient réussi leurs projets d’union parfaite, ils seraient devenus intouchables – mais à présent, je vois qu’il nous faudra une autre stratégie que le suicide pour se débarrasser de lui car il vient de se libérer de la pulsion d’éloignement qui a provoqué sa mort dans sa précédente incarnation.

Pour se défaire de ses ‘mauvais’ réflexes de survie, Jahel devait prendre conscience qu’il pouvait avoir des comportements non-optimums – nombres des histoires affectives de Jahel ont mal fini ; c’était pour son bien, c’était pour lui éviter de mourir d’un coup de froid ou d’un réflexe ‘suicidaire’ – la Vie a protégé Jahel parce qu’il est sur un chemin d’éveil, un chemin de Bienveillance – en 1993, Jahel a voulu se défenestrer devant l’attitude méprisante de la mère de sa fille, ce « mortel réflexe de survie » s’est manifesté alors qu’il était dans un local qui avait des barreaux aux fenêtres.

Jahel a expérimenté qu’un Être humain ‘Vivant’ peut mourir subitement s’il est en affinité sans discernement avec un Être humain qui fait semblant de partager ses idéaux – Tout comme Jahel peut ressentir l’Amour par une impression de chaleur, il est capable de ressentir une sensation de froid intense quand il porte son attention sur quelqu’un qui est dans une relation de non-Vie ; s’il manque de discernement, cette faculté peut lui être mortel, ceci est perceptible en examinant les circonstances qui ont provoqué sa mort en tant que Fiodor Dostoïevski, René Descartes et Étienne de la Boétie – parfois, Jahel est mort en moins d’une semaine d’un coup de froid parce qu’il ne discernait pas la réalité de la situation, et toujours parce qu’il manquait de Confiance en la Vie, en refusant la réalité du monde conditionné.

Michel, se sentant incompris par Marie qu’il percevait comme son âme-sœur, a perdu sa Confiance en la Vie et s’en réfléchir, pour fuir le cadeau de la Vie, n’a rien trouvé de mieux que de se jeter du haut d’un puits.

Ressentir la Vie et la non-Vie en termes de chaud et de froid est une perception extrasensorielle souvent ressentie comme une sensation ordinaire de l’organisme, la majorité des troubles humains viennent de là ; sur le chemin de l’éveil, l’Être humain doit obligatoirement passer par la compréhension de cela.

En percevant une connexion avec le monde de l’Être, de l’Amour, des Qualités de Présence, Jahel en tant que Michel a d’abord ressenti un plaisir intense, une fusion avec Marie, toute son existence soudainement prenait sens… il était dans l’euphorie, dans une envie intense de partage, dans une envie de fusion, il se sentait porté à vivre un Grand Amour avec Marie… quand il a considéré que son Grand Amour ne pouvait être, il est tombé dans une dépression telle qu’il n’a plus pensé à survivre… ses réflexes de survie étant défectueux, il a provoqué sa mort sans y réfléchir un seul instant.

Jahel essaye depuis plusieurs existences de mettre en lumière ce qui cause des troubles à l’Être humain, il est sur un chemin de connexion avec la Vie, avec Dieu, avec l’Amour, mais trouver une solution pour tous les Êtres humains quand on évolue dans un monde où même les religions poussent à s’identifier à son organisme demande d’avoir une bonne méthode pour ne pas succomber à la condition de non-Vie de ce qui est observé – l’Amour a besoin de notre Confiance pour se manifester ; le manque de Discernement en termes de Vie et non-Vie fait perdre l’Amour pour ses proches en difficulté – l’identification à l’organisme provoque des accidents, des troubles cardiaques ou autres, des coups de chaux ou froid mortels.

Par la loi du Karma ou « mémoires conditionnées », Jahel et Irina sont nés avec une possibilité d’avoir des troubles bipolaires extrêmes ; au cours de cette existence, Jahel a découvert comment rester en connexion avec la Vie pour qu’elle le soutienne même si il avait quelques instabilités émotionnelles – ainsi Jahel a toujours avancé dans la compréhension de la Vie, et a pu éviter de mourir ‘bêtement’, dans sa recherche de solutions aux problèmes d’instabilités humaines – c’est ainsi que Jahel a choisi comme but premier de manifester les qualités de la Vie, c’est-à-dire d’être connecté à la Vie, en Amour avec la Vie.

À travers le présent ‘combat’, Jahel avance dans sa compréhension de l’Être humain, de la Vie et des lois universelles – Jahel est guidé par la Vie pour se défaire de tout ce qui l’empêche d’Être Bienveillant à chaque instant de son existence – Jahel met en évidence que tous les maux de l’Humanité sont liés à la confusion entre l’Être que chaque Être humain est et l’organisme humain qu’il possède – Jahel est dans la position d’Ajurna dans la Bhagavad Gita, il est juste et a Confiance en la Vie mais quelques troubles demeurent.

Lucifer : Nous pouvons utiliser le fait que l’âme-sœur de Jahel est de nouveau sous mon contrôle par l’intermédiaire de celui qui était le père de Michel Tesnière, trouvons comment profiter de cet avantage pour nous débarrasser de cet empêcheur de tourner en rond – j’essaye de l’atteindre en l’attaquant de tous les côtés à la fois, mais j’ai l’impression qu’il se renforce de plus en plus chaque jour, et que si nous attendons encore, plus rien ne pourra l’atteindre – précieux Devin, dis-moi vite, je ne peux plus attendre plus longtemps, puis-je espérer une victoire en mettant toutes mes forces dans ce combat ?

Le Devin : O Grand porteur de Lumière, si vos chefs de guerre attaquent immédiatement tous ensembles cette redoutable incarnation d’un fils de la Vie, de partout il y aura un grand trouble mondial, comme des rugissements de lions – en mettant son âme-sœur, en première ligne dans ton armée, Jahel hésitera à utiliser ses Pouvoirs contre nous et son aptitude à percevoir ses vies antérieures lui fera percevoir qu’il doit combattre contre des amis et des membres des familles qu’il a eu à différentes époques – il me semble que nous pouvons encore espérer le pousser à la faute mortelle.

Jahel : O Toi, La Vie qui possède la Connaissance Suprême et la Bienveillance Parfaite, montre-moi, je t’en pris, ce que je peux apprendre de la situation que tu me fais vivre, montre-moi qui m’attaque, qui je devrais affronter au cours de la bataille que je sens imminente – montre-moi ces Êtres avides d’avantages illicites, ces chefs malveillants et autoritaires, ces protecteurs intéressés.

Le Devin : O Maître Admirable, La Vie a entendu la requête de Jahel, et elle montre à Jahel ceux qui ont été endoctriné par tes serviteurs et chefs de guerre pour le détruire.

Jahel voit alors, de toutes parts des Êtres humains influents qui cherchent à le détruire, des Êtres humains qui ont été pour lui des pères et des mères, des aïeuls, bisaïeuls et trisaïeuls, des oncles et des tantes, des frères et des sœurs, des fils et des filles, des petits-fils et des petites-filles, des amis et amies, des élèves, des instructeurs et des protecteurs, des compagnes et des maîtresses ; Jahel voit que tous ceux qui lui ont manifesté de la bienveillance sont présents – comme dans cette existence aucun ne lui a vraiment montré de Bienveillance, il s’apprête à combattre – soudain, il aperçoit Irina, les armes à la main contre lui, il voit qu’elle l’attaque directement en justice pénale pour harcèlement, Jahel comprend qu’elle a été manipulée et il est saisi d’une grande compassion – il se tourne vers la Vie pour l’implorer, mais la Vie a déjà tout compris.

La Vie : O Jahel, mon fils très dévoué, je vois que ton mental redoute le combat non pas parce que tu dois combattre des parents, Amis et connaissances mais parce qu’il y a cet Être humain que tu aimes plus que ta propre existence – tu as vécu dans un milieu très éloigné de ce qui correspondait à ton niveau de réalisation parce qu’en provoquant ta mort, tu as commis une grande faute mais à force d’Amour, de sincérité et de Confiance, mon Fils, tu as fait de cela un avantage – aussitôt après la pulsion qui a mis fin à ton existence en tant que Michel Tesnière, tu as compris ton erreur et pour réparer ton erreur, en reconnaissant en Marie ton âme-sœur, tu as choisi de renaître à côté d’elle malgré que tu étais conscient qu’il te sera très difficile de te souvenir de ton existence précédente et donc de lui manifester ton Amour surtout qu’elle aura plus de 30 ans de plus que toi.

Jahel : O Vie très Chère, de voir ainsi mon Amour qui m’attaque et que je peux détruire en mettant en œuvre ta Justice, je tremble de tous mes membres et sens ma bouche se dessécher – tout mon corps frissonne et mes cheveux se hérissent – mon corps trébuche et la peau me brûle, je ne suis plus maître de moi et mon esprit s’égare – O Toi qui possède la Bienveillance Parfaite, épargne-moi ce combat dans lequel je ne présage que des événements funestes… que peut apporter de bon un combat, où sera massacré tant de membre de ma propre famille ? À un pareil prix, comment pourrais-je encore désirer la Victoire, aspirer aux plaisirs que cela procure ? – O Toi qui m’a nourri et formé pour te servir en Bienveillance, que ferais-je de tous les trésors, que ferais-je du bonheur, à quoi bon la Vie même, quand celle pour qui je me suis incarné et pour qui je désire le meilleur va être anéanti par le pouvoir de Justice dont tu m’as armé – Je t’en pris O Toi, La Vie qui sait tout et qui peut tout, Toi que l’on appelle parfois Dieu tout puissant ou Krishna, Toi qui est l’Amour, la Vérité et la Justice, ne me demande pas de m’engager dans ce combat – O Toi qui comprends mon trouble, je t’en pris, libère-moi de ce moment !

Avec Amour, Vérité et Justice

(Toutes ressemblances avec des événements ou personnes vivantes ou ayant vécues est assumés, cependant le nom de famille de la précédente existence de Jahel n’était pas Tesnière mais avait la même valeur numérique – il me semble -)

Le pdf de cet article en couleur

jahel.djmiroir@gmail.com

Auteur : Jahel

Philosophe de la Bienveillance Le Pouvoir de la Bienveillance Méthode : Être Bienveillant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *